ILS SONT NOTRE HISTOIRE



Papa Simon KIMBANGU
(12/09/1887 - 12/10/1951)


« Mais les décennies qui suivront la libération de l'Afrique seront terribles et atroces. Car tous les premiers gouvernants de l'Afrique libre travailleront au bénéfice des Blancs. Un grand désordre spirituel et matériel s'installera. Les gouvernants de l'Afrique entraîneront, sur le conseil des Blancs, leurs populations respectives dans des guerres meurtrières et s'entretueront. La misère s'installera... »
(Extraits de la Proph?tie Papa Simon KIMBANGU, Samedi 10 septembre 1921 ? Mbanza-Nsanda, Kongo-Central).

 
Joseph KASA-VUBU
(Entre 1915 et 17 - 24/03/1969)


A l’instar du Président Joseph KASA-VUBU, notre 1er Président qui, sous la forme juridique d’une association en 1950, crée l’ABAKO(avec papa Nzeza NLANDU), et 6 ans plus tard(1956), la requalifie en parti politique ; nous avons créé l’association RDC WAKE UP CALL pour sensibiliser le peuple Congolais, et 1 an plus tard, obtenons de nos autorités, l’arrêté ministériel validant l’existence, sur la scène politique congolaise, de notre PARTI  "CUP

 

 

 

Moise TSHOMBE
(10/11/1919 - 29/06/1969)


« On nous reproche de vouloir garder nos richesses pour nous. Nous voulons bien partager avec les États pauvres ; mais, quant aux affaires intérieures, nous voulons les diriger nous même »







 
Patrice Emery LUMUMBA
(02/07/1925 - 17/01/1961)


«Un jour, l’histoire aura son mot à dire, mais ce ne sera pas l’histoire qu’on enseigne à l’ONU, à Washington, Paris ou Bruxelles, mais l’histoire qu’on enseignera dans les pays libérés du colonialisme et de ses marionnettes. L’Afrique écrira sa propre histoire. Une histoire faite de gloire et de dignité ».

 

MOBUTU SESE SEKO
(14/10/1930 - 07/09/1997)


FB comments :

 

Mon petit Dym, bien cher Nobl, voilà comment je vais objectivement sans langue de bois, analyser ce portrait de l’homme ; celui-là tout particulièrement :

 

Contrairement à beaucoup ici pour qui cet homme était beau, grand, fort, irremplaçable, superman, géantissime, etc ; ce qui me pousse à venir là lui rendre hommage, n’est autre que l’impossible dissociation entre la faillite d’un père, lui, et le projet d’un fils, moi... Comment contourner cette icone lorsqu’on vise la succession d’un itinéraire par lui maladroitement tracé... ?

Et puis vois-tu, il y a ce magnétisme par la silhouette ; cette puissante attraction qui pousse tout citoyen congolais/zairois à ne pouvoir face à lui, ne serait-ce que par pure curiosité, faire autrement qu’orienter le regard en direction du portrait... ; le cliché, la photo d’un pauvre homme qu’a décidé de reprendre DIEU après lu avoir confié, AVEC la lourde tache de gérer durant près de 4 décennies, une nation et ses millions de familles, LE PAYS DE TOUTES LES CONVOITISES !
Un homme avec son bilan d’homme ; donc, orné de rares succès, d’imperfections, de bourdes, de catastrophes multiples !

 

Mobutu a failli, non pour avoir forcément été intrinsèquement mauvais, mais pour avoir été le commun des mortels. Il sera, je vous l’assure, à quiconque aujourd’hui, difficile de lui porter un jugement de valeur non subjectif ; Autant vous sa famille directe, que nous ses lointains orphelins, comme l’histoire et ses témoins controversés ; car les perceptions individuelles des uns et des autres seront influencées par la relation personnelle qu’il aura, à un moment donné, entretenu avec chacun. Lorsque méchant sera pour les uns, un doux euphémisme ; d’autres avec hyperbolisme, acclameront ses mérites...

 

Dans tous les cas néanmoins, parce que cet homme au triste bilan a siégé à la tete de mon pays, ma patrie, donc ma famille durant près de 40 ans ; par le fait du syndrome de Stockholm, d’une naïve sympathie, d’une aveugle admiration, d’un insubordonné masochisme ou l’amour innocent d’un enfant tout simplement, je confesse avoir été séduit par ce mythe dont j’ai, par ses enfants, mes frères et soeurs, VOUS... effleuré la proximité !
Regarder cette photo du MARECHAL, comme j’aime à l’appeler, éveille naturellement une somme de sentiments mitigés parmi lesquels s’impose la compassion !

 

Parce qu’éloigné de mon pays par les circonstances ; je lui en veux, oui je lui en veux beaucoup de n’avoir su pour nous, de son vivant, créer les conditions adéquates pour qu’après lui survive le Zaïre.

 

Il l’eut pu !
 
J’ai mal pour mon peuple, mal pour les siens, mal pour moi qui souffre de ne vouloir m’identifier à lui tandis qu’il me faut m’avouer paradoxalement à quel point j’ai dans la peau, ce personnage hors norme !

 

Mais mon deuil cependant trouve consolation lorsqu’à cause ou grace à lui, j’admire, narcissique devant ma glace, L’HOMME FORT qu’est devenu Eric, le petit zairois.

 

MERCI MONSIEUR !

 

Peace & love ba ndéko 

 

 

 

"MOBUTU EST- IL L’INCARNATION DU MAL CONGOLAIS ?" me demandait-on…


Ma réponse :

 

Du premier empire à la vraie démocratie, la France a mis 200 ans,
De l’abolition de l’esclavage à Barack Obama, l’Amérique en a mis 160,
De la fin de l’empire de Chine à la république populaire de Chine(en passant par la Chine de la république et la Chine de Mao), la Chine a mis 100 ans pour désormais faire sa loi…

Et pour reprendre cette citation bamileke de ma soeur Esso, “le noir veut aller au paradis, mais il ne veut pas mourir”

Ça fait moins de 50 ans que LE GEANT LEGISLATEUR, pour ne pas le citer, nous a restitués un MANHATTAN en parfait état”

Métaphore :
Et une taupe radioactive nommée Mobutu nous a tout saccagés, parcelle par parcelle sur 2.345.000 km²…
La taupe au plutonium nommée Mobutu a contaminé les sols et les sous-sols à telle enseigne qu’il n’y pousse plus rien, ni ne s’y construit, ni ne s’y exploite… Des sols et sous-sols arides, infertiles et souillés, tels sont les effets des rayonnements radioactifs de la taupe MOBUTU… That’s it !
Est-ce là l’explication, 11 toutes petites années plus tard, de la faillite de ses successeurs…
ALWAYS MOBUTU ??? Allons, allons très chers !

De quel Zaïre parle-t-on ? Parle-t-on bien du Zaïre mon pays ? De mon Zaïre ? Cet espèce de colosse qui domine l’Afrique et relie 2 océans ? Ce sous-sol d’ali baba où un abracadabra peut suffire à extraire un diamant, à palper l’uranium, à piéger du pétrole, à pisser du coltan, à péter de l’or pur, s’asseoir sur du cobalt, dormir à la belle étoile dans un des plus beaux parcs naturels au monde ?
Il y a eu l’ère Mobutu mes frères avec son lot d’échecs et de succès et qui s’achève en mai 97.
Dès lors qu’il nous est offert un panel dynamique de tout ce que le voisin nous envie, ne sommes-nous capables de jeter avec zèle les bases d’une nouvelle ère ?
Faut-il continuellement exhumer Mobutu pour justifier notre indolence ?

Le chaos du Congo, appelle ça comme tu veux, est à son paroxysme.
Où est son roi pour le relever ?
Où est ce coup d’éclat qui vient sauver le peuple et soustraire le roi à l’échec ?
Vous faut-il aller déterrer un roi mort pour masquer au peuple l’échec du roi vivant ?

Aux échecs, mes amis, S’IL N’EXISTE aucun coup pour soustraire le roi à l’échec, LE ROI EST ALORS ECHEC ET MAT ET LA PARTIE EST PERDUE…
Chaque jour, à travers l’addition de nouvelles adhésions, nous reconstruisons la chaine qui relèvera le challenge… Mais laissons les morts enterrés les morts très chers et célébrons les joyeux utopiques que nous sommes…

En parlant d’utopiques…
Connaissez-vous les owenistes en Angleterre et les fouriéristes en France, célèbres pour leurs apparences bassement sectaires ?
Ce sont eux pourtant, les inventeurs d’un grand mouvement qui s’appelle SOCIALISME…
Qu’on nous laisse rêver comme on rêve, et les autres croire ou FAIRE croire que nos miséreux nous indiffèrent…
Que rien n’entame l’élan de notre action, même si l’actualité perturbe violemment notre quiétude et vient naturellement troubler notre bien être…
Nous savons nos consciences tranquilles, car nous assumons ce que nous sommes…
Rien d’autre que de joyeux nostalgiques !
Je tourne pour l’heure, ma page politique…

C’était le 27 fevrier 2009
 ©Eric Mulalu

 

 

 

"PARLONS DE BETISE ET D’IGNORANCE ON SE COMPRENDRA PEUT ETRE MAIS PARLER D’ERREUR PENDANT TROIS DECENIES JE VAIS VOUS POSER LA QUESTION DE SAVOIR DE QUI ON SE FOUT ICI ?" me demandait-on encore… mot pour mot, syntaxe respectée...

 

Ma réponse à ce frère :

 

Sémantique infantile, de qui se fout-on ici ?
BETISE, ERREUR, IGNORANCE, L’UN NE VA PAS SANS L’AUTRE… AUCUNE DIFFERENCE ! Pas de vile sémantique, ASSUMONS SIMPLEMENT !

Ronsard dans sa lettre à Charles IX écrit :
"Je dis ce puissant Dieu dont l’emprise est sans bout, Qui de son trône assis en la terre voit tout,
Et fait à chacun justice égale, Autant aux laboureux qu’aux personnes Royales ;
Lequel nous supplions vous tenir en sa Loi, Et vous aimer autant qu’il fit David, son Roi,
Et rendre comme à lui votre spectre tranquille, SANS LA FAVEUR DE DIEU LA FORCE EST INUTILE"

Sans la faveur DIEU en effet, un chef qui qu’il soit, ne demeure 30 ans à ce niveau de responsabilité…
OUI TRES CHER, LE POUVOIR À CE NIVEAU LA, EST INDUBITABLEMENT L’EMANATION DE LA VOLONTE DE DIEU… Néanmoins, nuançons entre le fait que Dieu tolère, et le fait que Dieu s’ingère…

Si DIEU l’a toléré, contentons-nous d’en tirer les leçons de crainte de JUGER LE TRES HAUT.
Pour ma part, je refuse que mes réponses à tes attaques me dévoilent comme l’avocat de quiconque ou le scribe d’un quelconque décalogue…
NON ! Je me contente pour le moment d’être l’humble intercesseur non pas d’un homme, mais de son rapport avec la foule et le brouhaha inculte de cette foule qui empêchent peut être l’homme de reposer en paix.

Quant à l’homme politique et son bilan, n’oublie pas, lorsqu’on en débattra dans CE CADRE approprié qu’il aura fauté surtout pour s’être convenu dans la fidèle application d’un mode d’emploi écrit et validé par CE GEANT LEGISLATEUR que J’ACCUSE volontiers.

Enfin, pour ta métaphore de l’enfant, retiens que si un enfant faute et que tu lui dis "C’EST BIEN", ne compte pas sur Dieu pour venir corriger la progression de l’inclinaison.

Notre géant législateur a accompagné l’homme dans une direction et l’a sacrifié dès lors que ce dernier a cessé de servir ses intérêts. Ce jour là mon frère, pour toi qui écrivais "WHAT DO YOU KNOW", aie les corones de LES citer ensemble à la barre pour que même par contumace il leur soit prononcé une sentence égale ! Car si vraiment tu ne sais pas ce que je sais. Sors définitivement du débat le temps de relire tes bouquins à l’endroit.

Peace frère, peace. Peace & love 
11 novembre 2008
©Eric Mulalu

 








Laurent Desire KABILA
(27/11/1939 - 16/01/2001)


Laurent Désiré Kabila, notre 3ème Président ; un homme qui meurt des suites d’un tir qu’il a courageusement rectifié...

 

 
Joseph KABILA KABANGE
(04/06/1971)


Où en est-on vraiment Monsieur ?